Yssan

CnCSaga's Friends
  • Content count

    3676
  • Joined

  • Last visited

My Favorite Songs

About Yssan

  • Rank
    Brigadier-Chef

Profile Information

  • Gender
    Not Telling

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. ... Les gardes de la Main Noire escortèrent leur prisonnier aux quartiers de commandement. Marcus fut une nouvelle fois frappé par la religiosité qui se dégageait de l’architecture du Nod. Des vitraux d’un rouge sang baignait les lieux d’une atmosphère qui invitait autant à la piété qu’au fanatisme. Le bureau du commandant évoquait un autel qui aurait tout aussi bien pu servir à un prêche qu’à un sacrifice humain. Confortablement installée dans un fauteuil de cuir, Petya attendait, les jambes croisées dans une posture indolente, son visage à demi dissimulé dans la pénombre. Les gardes saluèrent leur cheffe et se retirèrent en fermant derrière eux la port dans un bruit sec. Marcus sursauta et se retourna instinctivement, tel un proie qui voyait sa dernière issue se refermer. Un rire mauvais ramena son attention vers la personne qui avait dirigé l’assaut et orchestré ce bain de sang. Petya, maîtresse de la Main Noire. Un poste qui la plaçait en deuxième dans la chaîne de commandement du Nod, derrière Kane lui-même. Il l’avait rencontrée une dizaine d’années auparavant, quelques minutes qui étaient restées gravées dans sa mémoire. Un simple clignement d’oeil sur l’échelle d’une vie, assez pour que son visage restât à jamais gravé en lui. Mais, alors qu’elle le toisait avec un mélange de sarcasme et de mépris, Marcus remarquait des changements subtils sur son visage, sur ces traits harmonieux dont la beauté ne la rendait que plus venimeuse. Quelques rides s’étaient dessinées, son regard avait gagné en intensité, mais il pouvait désormais y lire une forme de tristesse qu’il ne parvenait pas à s’expliquer. « Marcus ! Je désespérais de ne jamais te revoir. Comment va ton ami ? lui lança-t-elle d’une voix rauque qu’il n’avait jamais pu oublier. - Il a du quitter l'armée à cause de son infirmité, répondit Marcus entre ses dents. - J'ose au moins espérer que ceci lui aura appris à tenir sa langue. » Pendant un fol instant Marcus envisagea de se jeter sur elle. Il avait amplement le temps de l’assassiner avant que des gardes puissent intervenir. Mais elle évoquait l’un de ces prédateurs qui feignait la vulnérabilité pour attirer à eux leurs proies. Il la dépassait d’une bonne tête et elle ne devait guère peser plus de cinquante kilos, il avait l’avantage de la masse musculaire mais… Un sourire malicieux naquit sur le visage de Petya. Elle avait lu dans ses yeux son cheminement de pensée, ses calculs, et elle savait par avance à quelles conclusions il allait aboutir. Elle éclata d’un rire haut et clair qui balaya toute velléité de s’attaquer à elle. Elle se pencha légèrement en avant et pencha sa tête sur le côté. « Tu veux jouer un peu Marcus ? La défaite militaire ne te suffit pas, tu veux y ajouter une humiliation personnelle ? - Tu as gagné, tu m’as attrapé. Maintenant laisse les mutants partir, répondit Marcus d’une voix qu’il voulut assurée, mais qui ne l’était aucunement. - Je craignais que tu ne me demandes une telle chose, répliqua Petya dans une moue théâtrale. Par principe je n'obéis jamais aux demandes des traîtres, ainsi je suis dans le regret de t'annoncer que mes hommes vont finir le travail. - Ce ne sont pas seulement des soldats ou des terroristes mais aussi des femmes et des enfants ! - Qui hébergent des séparatistes qui menacent l'équilibre de notre monde. Oh je ne cache pas que j’ai l’espace d’un instant envisagé de les épargner, mais je ne déteste rien de plus que la pleutrerie. Je ne peux te faire payer ta lâcheté, alors ils paieront à ta place. » Sans crier gare Marcus sauta par dessus le bureau et propulsa son poing vers le visage de Petya qui ne parvint pas à l’éviter, ou n’essaya pas. Une gerbe de sang macula le mur et déjà Marcus assénait un autre coup, qui percuta le dossier du fauteuil. Déséquilibré et limité dans ses mouvements par l’espace restreint il ne parvint pas à éviter le coup de genou qui manqua de peu de l’émasculer. Avant qu’il n’ait eu le temps de retrouver ses esprits Petya le propulsa de l’autre côté du bureau comme s’il n’avait été qu’une poupée de chiffon. Allongé sur le dos, à demi étourdit il la vit contourner le meuble d’ébène d’une démarche lente, sereine. Elle essuya son visage sur son avant bras tout en léchant le sang que ce geste ramenait à ses lèvres. « Sais-tu à quel point je suis malchanceuse Marcus ? » La question avait été formulée avec un semblant de tristesse, et le chagrin se lisait effectivement dans ses yeux vairons. Allongé sur le sol froid de son repère, il se trouvait à sa merci. Mais il était une monnaie d’échange, elle ne pouvait se permettre de l’assassiner, mais cela n’excluait pas la possibilité qu’elle lui inflige les pires sévices. « En quoi ? Lui demanda-t-il d’un naturel qui tranchait avec l’invraisemblance de la situation. » Elle s’installa sur lui, assise contre une partie de son corps qui irradiait toujours son cerveau d’ondes de souffrance. Marcus retint difficilement un gémissement de douleur et tenta de reprendre son souffle. Petya, maîtresse de la Main Noire, mante religieuse, cherchait à discourir sur ses malheurs personnels. Par pitié, envoyez moi ce foutu peloton d’exécution. « Toute mon enfance, toute ma jeunesse, je me suis entraînée dans un seul but, affronter le GDI. Et au moment où j’étais prête, après avoir goûté au sang d’apostats généreusement offerts en sacrifice, mon Messie proclame la paix entre nos deux peuples. Imagine ma frustration, ma peine. » Elle s’était exprimée comme si elle recherchait sa compassion. Mais sans attendre de réponse elle se redressa d’un bond et recula d’un pas, les jambes placées dans une position qui ne laissait pas de place au doute, elle attendait qu’il se relève pour l’affronter de nouveau. « Une telle chance ne se représentera pas de nouveau, autant en profiter, et je parle pour nous deux bien évidemment. » Ses états d’âme lui avaient laissé le temps de se reprendre. Marcus se releva avec une aisance retrouvée et leva les poings, pleinement concentré. Petya se lécha les lèvres de plaisir et envoya un premier coup de pied fulgurant. Marcus l’évita de justesse, tenta de la faucher, se protégea contre un autre assaut tout aussi impitoyable. Il répliqua d’un coup dirigé vers ses reins et fut surpris d’atteindre sa cible. Petya poussa un cri de douleur et recula d’un bond. « Pas mal pour quelqu’un qui a passé quelques mois à s’empiffrer avec des mutants. » La mention implicite à la différence de traitement que ses hommes avaient subi empli Marcus de fureur. Il se lança dans un nouvel assaut que Petya évita sans le moindre mal. Elle profita de son bref déséquilibre pour le projeter contre le mur. « Tu es si passionné Marcus. Toi et moi nous ne sommes pas si différent que cela au final. Nous voulons la même chose. » Marcus poussa un cri de rage et se jeta sur elle dans une attaque insensée qui n’avait pas la moindre chance d’aboutir, mais qui réussit pourtant. Son cou enserré entre ses mains Petya souriait, un sourire fanatique. « Tu es si intéressant Marcus, c'est une chance que nous ayons pu nous rencontrer, une très grande chance. - Vraiment ? Pourquoi ça ? lança Marcus en raffermissant sa prise sur le cou de son ennemi. - J'ai toujours rêvé de rencontrer un adversaire à ma taille, les hommes tels que toi sont rares, trop rares. Combien de fois n'ai-je pas rêvé d'affronter un commandant tel que McNeil, mais je ne suis pas Slavick, je ne faillirai pas. - Alors tu ne te bats que pour la gloire ? Et le rêve de paix de Kane ? - Kane n'a que faire de la paix, elle n'a de sens que d'endormir le GDI avant de mieux l'abattre. - Le conseil apprendra votre trahison bien avant. - Vraiment ? Et qui croiront-t-ils ? Le commandant dévoué qui a accompagné un vieillard pour signer la paix ou le commandant renégat ? » Marcus commença à étrangler son ennemie mais, aussi silencieux que des ombres les soldats de la Main Noire se faufilèrent dans son dos, quand ils lui assénèrent un coup dans le crâne les derniers mots de Petya étaient gravés à jamais dans son esprit. Il se baissa et tâta brièvement son pouls. « J'espère que ces fous du GDI ne t'exécuteront pas, nous avons tellement à apprendre l'un de l'autre. » ...
  2. Oui c'est sûr, mais le principe d'un Remaster est d'engranger le maximum d'argent avec un minimum d'investissement. AoE2 HD hormis l'augmentation de la résolution rien n'a changé. S'ils pouvaient mettre à jour certaines mécaniques et corriger le pathfinding, ce serait une bonne chose.
  3. Espérons qu'ils aient le budget nécessaire parce que les jeux petroglyph, au delà des quelques bonnes idées, ça laissait franchement à désirer. Mais bonne nouvelle pour les fans.
  4. Je ne sais pas trop quoi penser de cette idée de Remaster, j'ai peur que cela soit comme AoE2 HD, un simple lifting qui conserverait son pathfinding aux fraises. D'un côté cela a permis de raviver la flamme et de propulser l'annonce d'un nouvel épisode. D'un autre l'intérêt pour quelqu'un connaissant par coeur ce jeu est fortement limité. Et la question est aussi de savoir la suite qu'ils souhaiteraient donner à CnC. J'ai du mal à imaginer une véritable renaissance de CnC, les RTS sont morts et entérés, donc peut-être serait-ce un moyen de grapiller encore quelques dollars à moindre risque. Donc pour cette raison j'imaginerais plutôt un Remaster de Alerte Rouge, nom bien plus évocateur que Tiberium. Dernier baroud d'honneur pour la série..
  5. Assez surprenant un "patch day-one" pour une application.
  6. Il a été annulé parce qu'ils sentaient que le jeu allait faire un bide, et pas seulement à cause des avis négatifs. En sachant que ce Rivals s'adresse - je pense - principalement à des personnes qui ne connaissent pas forcément le jeu, à mon avis les avis négatifs ne les affectera pas outre mesure. Et bon il faut l'avouer, le QI moyen de ceux qui râlent sur ce genre de sites n'est pas très élevé...
  7. La durée ne veut pas dire grand chose. Entre la pré-production où il s'agit uniquement de réflexion et où la quantité de personnel impliqué est extrêmement basse, puis le développement à proprement parler, on peut aussi bien produire un jeu en un 1 an qu'en une décennie. Tout dépend du soin accordé au jeu. Diablo 3 par exemple a connu ses premières ébauches en 2001 avant une sortie en 2012. Donc peut-être que Rivals ne paie pas de mine, mais peut-être qu'il a été particulièrement bien réfléchi.
  8. Je pense que la logique de EA était simple. Ils voulaient se lancer sur le marché du mobile, particulièrement lucratif et encore pauvre en jeux ambitieux. Pour cela ils avaient besoin d'une marque, d'un étendard, et il faut l'avouer CnC se prêtait particulièrement bien à cette expérience, même si ça me fait mal de le dire. Cela étant, il faut accepter qu'il n'y aucune chance que CnC revienne sur PC. Ce genre est mort, la seule exception étant AoE4 qui bénéficie d'une aura bien plus importante que CnC. Si le concept marche on le verra probablement agrementé d'Alerte Rouge et Generals, mais ça en restera là. Quant à l'idée d'adapter CnC en Battle Royale, ce genre est selon moi l'antithèse du STR, un genre où la réflexion et la stratégie n'existent pas, ou très peu en tout cas. Donc cela aurait été du suicide de la part de EA. Et je finirais sur un constat assez symptomatique, la seule annonce de l'EA se rapprochant d'un STR était le nouveau Anno. Starcraft 2 est devenu un jeu de niche, Dawn of War 3 a fait un bide. Le temps des STR est révolu...
  9. C'est un peu ça effectivement. Et objectivement ça peut être un bon jeu mobile, un bon jeu mobile.
  10. Ils se lancent sur la mode du jeu mobile en essayant de se faire un peu d'argent sur le nom d'une licence qui reste réputée. Ce que je trouve stratégiquement désastreux, avec un peu de chance Age of Empire 4 pourrait relancer l'intérêt pour les STR, et à ce moment ils auraient pu faire renaître CnC, mais ce jeu mobile condamne cette possibilité.
  11. Imaginez un type qui déterre un cadavre et se filme en train de le violer. Ca me fait un peu le même effet. Mais pardon pour la violence du langage...
  12. Command&Conquer Rivals Voilà voilà... A peine ai-je vu cette horreur que ma première pensée fut pour vous. Nous espérions un renouveau de Command&Conquer, je pense que l'on aurait préféré ne plus jamais le revoir... Bisous bisous.
  13. Il se pourrait bien que je la termine. Mais si je le fais ça ne sera pas sans une réécriture générale et des changements pour certains assez importants.
  14. Yssan

    Une renaissance de la licence ?

    Generals avait à l'époque suscité quelques remous. mais avait été sauvé par son second degré. Le problème est que depuis la société a changé et est devenue encore plus sensible. Ancrer un RTS dans la réalité géopolitique est risqué, mais l'effet bad buzz/good buzz peut également être bénéfique. Et personnellement je verrais bien comme factions au moins l'UE, l'OCS, une faction "terroriste", et pourquoi pas une faction sud-américaine ?
  15. Yssan

    Une renaissance de la licence ?

    Je déterre un peu ce sujet mais je trouve étonnant que EA n'ait pas tenté ce qu'a fait Microsoft avec Age of Empires. Ces derniers ont sorti il y a quelques années une version HD de AoE2 à moindre frais, une nouvelle version qui s'est vendue par palettes numériques. Face à un engouement revigoré pour cette vieille franchise ils ont pu se lancer sans crainte dans le développement d'un quatrième opus. Il aurait pu être intéressant pour EA de réaliser un remaster de Tiberian Sun et Red Alert 2, histoire de glaner quelques $ et de prendre la température. Quant à la possibilité de revoir un CnC, d'un côté j'aurais du mal à imaginer un nouveau Red Alert et encore moins un Tiberium, et en même temps j'ai peur que Generals soit trop générique. Dans tous les cas je doute qu'en cas de retour cela soit sous la forme d'un classique "pay to play".