stef3319

Member
  • Content count

    9
  • Joined

  • Last visited

My Favorite Songs

About stef3319

  • Rank
    Soldat

Profile Information

  • Location
    zone bleu B3
  1. stef3319

    stef3319

  2. Merci pour vos conseils et encouragements. Je sais que j'ai du mal à écrire régulièrement mais je vais tenter de compléter l'histoire plus vite maintenant que j'ai un nouveau PC. Cette fan-fic me tient à coeur car elle prend place dans ma région natale : la normandie Sinon, bonne lecture à tous.
  3. stef3319

    De l'orage dans l'air en zone bleue B3

    Chapitre 6 : Combat aérien Base du GDI d'Évreux, 4 heures du matin, pendant la bataille frontalière : Le commandant de la base pestait : "Comment cela se fait-il que nos appareils disponibles ne soient pas déjà en l'air ? - Monsieur, les deux escadrilles orcas sont parés au décollage, ils attendent juste que les firehawx de l'escadre Écho soit prêt - Pourquoi le sont-ils pas ? - Un des appareils était en maintenance suite à sa dernière mission, il est réparé mais il n'avait pas été remis en stand-by - Grouillez-vous, nos défenses vont avoir besoin de soutien !! - Chef, on m'indique à l'instant qu'ils sont prêt à décoller. - Enfin, je veux parler aux pilotes avant ! L'opérateur mit le commandant en relation avec les pilotes, occupés au derniers préparatifs sur la piste. "Soldats, vous allez décoller en urgence pour défendre cette base et cette zone bleue, soyez prudent et revenez entier. Bonne chasse. - Pour le GDI" répondirent les pilotes à l'unisson. Les appareils décollèrent en formation, l'opérateur radar prit le relais : "Escadre, cap plein sud, le NOD a neutralisé nos défenses automatisés sur la frontière et nous avons perdu tout contact avec les soldats sur place. Orcas, vos objectifs sont d'apporter un soutien aux troupes du GDI au sol et les aider à repousser les unités terrestres du NOD. Firehawx, vous devez couvrir les orcas et neutraliser les menaces aériennes" Tous les appareils confirmèrent les ordres. Le trajet jusqu´à la zone frontalières ne prit que dix minutes La radio se mit soudain à grésiller et les appareils perdirent le contact avec la base. "Écho 1 à base GDI, répondez !! - Sacré bon dieu de parasites, plus personne ne nous reçoit. - Le NOD a du déployer des contres mesures radios pour nous empêcher de communiquer efficacement. - OK, on va suivre les ordres on va aider les gars en bas. Sans contact radio, il ne pouvait se fier qu'aux indications de leur radar. "Voila, on est à portée radar, voyons cela" Il vit que les troupes NOD avaient effectivement détruites les défenses automatisés d'une bonne partie de la frontière. Seuls, quelques unités d'infanterie résistaient toujours à l'assaut mais toutes avaient reculés sous les coups du NOD. Plusieurs escadres de vénoms harcelaient en plus les dernières positions. Seule bonne nouvelle, une unité de blindés avec quatre prédators, deux pitbulls, et une dizaine de vbt était à environ deux kilomètres et demi des combats mais il ne semblait pas bouger. Le capitaine qui pilotait Écho 1 prit sur lui et ouvrit un canal radio général : "Ici escadrille Écho de la base d'Évreux, je prends le commandement des troupes frontalières du GDI. Groupement de blindés, me recevez-vous ? - Oui, capitaine nous vous recevons !! Nous savons que des combats ont lieu mais nous avons perdus contact avec la base et nous ne savons où aller !! - OK, dirigez-vous plein sud, des unités d'infanteries ont besoin de renforts immédiats !! - Bien reçu !! - Escadres orcas, en attendant que les blindés arrivent sur zone vous allez aider les positions de l'infanterie au sol - Confirmé !! Sur le radar, plusieurs vénoms venaient brusquement de changer de trajectoire et se dirigeaient vers les appareils GDI "Bon sang, soit ils nous ont captés au radar soit ils interceptent nos communications mais peu importe. Écho on va les bousillez !! - GDI for ever !! Les vénoms arrivèrent rapidement, mais les firehawx eurent l'avantage grâce à leurs missiles antiaérien. Tournoyant rapidement, les pilotes d'Écho se débarrassèrent rapidement des appareils ennemis. Écho 1 abattit trois vénoms et eu même droit à un monceau d'insultes radios par un pilote du NOD qu'ils venaient de toucher juste avant le crash de son appareil. Les pilotes NOD ne valaient pas grand chose face à eux. Les derniers vénoms subirent un sort analogue. "OK, et maintenant, allons aider les gars en bas !! Fin du chapitre. Chapitre suivant : Juste à temps !!
  4. stef3319

    De l'orage dans l'air en zone bleue B3

    Chapitre 5 : la ferme du dernier espoir Le lieutenant courait, ses hommes aussi. Le bâtiment n'était plus qu'a une centaine de mètres quand il vit deux groupes de snipers en patrouille qui s´avançaient vers eux, alertés par le fracas de la bataille. Il leur cria : "La base est tombé, les défenses aussi. On se replie sur la ferme plus loin. Suivez-nous, toute aide est bonne à prendre" Les snipers, d'abord étonnés par la débandade, se mirent à courir, suivant le groupe de soldats. La minute suivante, ils arrivèrent à la ferme isolée. Le lieutenant ouvrit la porte d'un coup de pied, il n'y avait personne. Réfléchissant à toute vitesse, il demanda au sniper : "OK, il nous faudrait du soutien, vous avez une radio qui marche ? - On a une radio mais depuis le début, on arrive à joindre personne. - Merde, bon c'est notre dernière chance, à vue de nez, ce bâtiment à trois étage, mettez vous en haut avec les lances missiles qui restent. - Chef, on est plus que deux, dirent les intéressés. - Bon, alors montez avec eux, couvrez les airs et si vous voyez un blindé, faites un carton. - Oui, chef" Ils grimpèrent au troisième. Le lieutenant organisa le peu de soldats qui restait. "Bon à nous de faire en sorte qu'ils n'aillent pas plus loin, deux tireurs par fenêtres, répartissez vos munitions et surtout ne laissez pas la main noire approchez. Ce bâtiment est en bois, ils nous cramerez comme du petit bois ici" L'officier de la main noire se réjouissait de l'avancée de ses troupes, les bunkers n'étant plus que des carcasses vides à l'odeur de chair brûlée. "Placez des explosifs sur toutes les défenses et faites tout sauter, il ne faut rien laisser derrière nous" Les deux saboteurs qui accompagnait le groupe s'en donnèrent à cœur joie. Les tourelles et les émetteurs inutiles furent détruit aussi sec. "Bien maintenant, allons chasser les derniers blasphémateurs, ainsi la zone frontalière sera à nous et nous pourrons commencer à conquérir cette zone bleue. - Quels sont les ordres, chef ? - En formation, ils sont partis vers un bâtiment au nord. On va les encercler, les vénoms feront un nouveau passage et on finira le boulot au lance-flamme" Toute la colonne se mit en marche. Ils rejoignirent la ferme rapidement et en restant hors de portée, encerclèrent le bâtiment. L'officier demanda la radio : "Escadron vénom, faites un passage sur le bâtiment. - Reçu, passage dans 10 secondes. Le lieutenant qui avait suivi la manœuvre des hommes du NOD motiva une dernière fois ses hommes : "OK, là, on a plus le choix on tient ou on est mort, bonne chance à tous, on fume le NOD - Vive le GDI" Les lances missiles attendaient en haut. Comme prévu, les vénoms attaquèrent mais avant que leurs faisceaux ne touchent le bâtiment, les missiles touchèrent le réacteur latéral d'un des appareils. Complètement déstabilisé, l'appareil tournoya sur lui-même avant de s'écraser, juste sur les troupes NOD en tuant deux militants au passage. L'autre appareil, prit dans le souffle virevolta de gauche à droite avant de se rattraper. Le pilote, ne souhaitant pas subir le même sort que son homologue, fit demi-tour et s'éloigna. L'officier du NOD s'énerva : "Bon sang, puisque c'est comme ça, on va les finir en les cramant !!!!!!! - Chef, transmission radio - Quoi ? - Le QG nous envoie un tank scorpion pour nous aider. - C'est bien mais avec leurs missiles, il ne pourra pas faire grand chose. - Sauf qu'il est équipé d'un canon laser longue distance, un peu comme les avatars de guerre - Ah !!! Avec ça les GDI vont le sentir passer. - Il sera larguer dans une heure. - Tant que ça ?? - Oui, les attaques se passent mal ailleurs sur le front. - OK, on attend mais par Kane ils vont manger quand on sera prêt" Le lieutenant avait félicité les lances-missiles pour leurs tirs. "Bon maintenant, on attend qu'ils avancent, y'a plus que ça à faire." Une situation étrange s'installa. Le GDI, reclus dans la ferme attendait l'assaut, le NOD attendait l'arme qui lui permettrait d'approcher sans risque. Le porteur arriva quand le jour commença à poindre sur l'horizon. "Et maintenant, à l'assaut" fit l'officier Le char, se tenant en retrait, tira avec son laser à pleine puissance. Les missiles, trop loin pour l'aligner, ne purent réagir à l'attaque. Le laser frappa le coté de la maison, dans une fenêtre, tuant les deux tireurs qui était là. La main noire profita de l'effet de surprise pour avancer. Le lieutenant ordonna le tir à volonté. La fusillade s´engagea. Les snipers tirèrent et firent un carton, leur balles perforantes transperçant les armures de la main noire. Toutefois, la main noire était trop nombreuse et les tirs conventionnels ne leur faisait quasiment rien. Le char tira à nouveau, touchant cette fois le devant du bâtiment, y faisant un gros trou et assommant une bonne partie des soldats du rez-de-chaussée. Le lieutenant pensa que c'était la fin. Fin du chapitre Chapitre suivant : Combat aérien
  5. stef3319

    De l'orage dans l'air en zone bleue B3

    Chapitre 4 : Bataille dans les champs Zone frontalière B3 du GDI, 3 heures et quart du matin. Les soldats du NOD apercevaient une légère montée avec, au sommet, les bunkers du GDI et les défenses qu'ils savaient inutiles. Les soldats du GDI eux, on vu les porteurs du NOD déposer les troupes dans la plaine au loin. Le lieutenant, comme tous les autres soldats, attendaient l'assaut, déterminés à ne pas les laisser passer. "Les noddies sont venus en nombre, on dirait. Le lieutenant les observait avec une jumelle thermique : Qu'est ce qu'ils attendent ? Trois faisceaux rouges vifs vinrent cramer l'herbe devant les meurtrières et faire de belles rayures sur les toits des bunkers. Une odeur d'herbe roussie enveloppa les soldats. "Classique, ils envoient les vénoms avant d'attaquer, au moins, nos bunkers sont costauds. - On riposte ? Le soldat avait déjà saisit son lance-missile. - Non, on attend, ils vont croire qu'ils nous ont tous tué. - Mouvement ennemi !! - C'est parti, tout le monde paré à tirer. Les soldats du NOD, se croyant en sécurité avec les vénoms qui venaient de faire un raid sans avoir eu de résistance, se lancèrent dans la plaine à l'assaut des bunkers, escortés par des motos et des buggies. Coté GDI : Les lances missiles attendaient que les véhicules soient à portée pour tirer. Les soldats armèrent les mitrailleuses. Le lieutenant leur ordonna : "Attendez que l'infanterie soit à portée puis déglinguer un max de véhicule et sulfater tout les soldats que vous voyez, il faut profiter de notre position surélevé, c'est notre seul chance" Coté NOD : Les buggies et les motos avançaient sans crainte, l'infanterie derrière eux. Les missiles partirent soudain. Une dizaine de buggies, légèrement blindés, ne résistèrent pas aux missiles antichar. Les motos, plus rapide et agile, réussirent à esquiver la frappe. L'infanterie recula légèrement sous la pluie de missile, cherchant des couvertures. L'officier les rappela à l'ordre : "Ce n'est pas quelques missiles qui vont nous arrêter, en avant, venger vos frères. Mort au GDI. - A MORT LE GDI Ils chargèrent, les lances roquettes s´apprêtant à déglinguer les bunkers d'où partaient les missiles. Coté GDI : La réussite des missiles avait remotivé tout le monde. Le lieutenant ordonna le feu à volonté. Une impressionnante rafale de munitions anti-infanterie fut aussitôt tirer. Coté NOD : La rafale faucha net une bonne cinquantaine de soldats et de lances roquettes avant qu'ils aient eu le temps de se coucher. Le reste ne demanda pas son reste et plongèrent dans l'herbe rase dans l'espoir d'échapper aux tirs. L'officier prit une balle dans la jambe. La recrue, à coté de lui, se porta à son aide. Sa jambe pissait le sang. "Vous avez besoin d'aide, chef ? - T'occupes pas de moi, si je n'arrive plus à commander dit leur de lancer les fu... Il n'avait pas fini sa phrase qu'une deuxième balle finit le travail. "Et merde, qu'est ce que ...? Et il comprit. Il cria à tous ceux qui était encore en vie autour de lui : "Lancer les fumigènes, on se replie !!! Les soldats lancèrent leur grenades et en quelques secondes la fumée les entoura. Les tirs perdirent de leur précision. Coté GDI : Seul le lieutenant pouvait encore voir les positions des soldats avec ses lunettes thermiques. Il vit détaler les soldats du NOD. "Bon ils ne reviendront pas de sitôt se frotter à nos mitrailleuses. Recharger et rester attentif, on ne sait pas ce qu'il nous réservent. Les soldats s´exécutèrent. Coté NOD : Les survivants de la première vague avait réussi, en partie, à se mettre hors de portée. Ils se demandait ce qu'ils devaient faire. Des silhouettes massives arrivèrent alors, décharger par de nouveaux porteurs. La Main Noire était arriver pour mater la résistance. Le chef vint leur dire : "Soldats, vous allez nous couvrir, nous allons faire verser le sang des hérétiques au nom de Kane !!! - Euh ... Oui, chef. Ils s'avancèrent sur la plaine, en lieu et place de l'infanterie. Conscient que le GDI devait les voir au thermique, ils commencèrent à arroser le champ avec leur lances flammes. Coté GDI : Aveuglé par les flammes et par la fumée, les soldats ne pouvaient plus voir où était le NOD. Le lieutenant comprit : "Bon sang, on y voit que dalle. Si il y a des lances flammes c'est que la main noire est là. Feu à volonté. Il ne faut pas qu'ils approchent. Mais la main noire fut plus rapide, à peine les tirs recommencèrent que les flammes atteignit les bunkers. "On se replie, ils vont nous cramer comme des poulets" Ils sortirent à toute vitesse, hélas, pas assez vite pour éviter qu'une dizaine de soldats périrent cramer dans les bunkers, transformés en piège redoutable. Les soldats courraient, ils ne leur restaient qu'une seule chance : une ferme abandonné situé à 500 mètres des ruines de la base. Fin du chapitre. Chapitre suivant : La ferme du dernier espoir
  6. stef3319

    De l'orage dans l'air en zone bleue B3

    Après une longue absence me revoilà et j'ai pour projet de continuer ma fan-fiction. Chapitre 3 : le GDI en mauvaise posture Quelques minutes avant l'attaque du NOD, Zone frontalière du GDI, Zone B3 au sud. 3 heures du matin. Un ingénieur s´avança vers le lieutenant de garde : "Chef ? - Hein ? Le lieutenant sortit de son demi-sommeil. - Excusez-moi mais le haut-commandement vient de me faire parvenir cet ordre de maintenance pour aujourd'hui. - Quoi ? Mais toutes nos défenses marchent bien, on peut faire la maintenance de routine nous-mêmes ! - C'est qu'ils veulent installer un nouveau matos dessus. - Quoi comme matos ? - Apparemment, ce serait de nouveaux capteurs anti-furtivité car ceux qui sont équipés ne sont plus assez performant. Le haut-commandement nous informe que la livraison des pièces aura lieu tôt dans la matinée et que l'équipe d'ingénierie doit faire le nécessaire avant ce soir pour que cela opérationnel d'ici demain. - OK, OK, vois-ça avec le chef de l'équipe d'ingénierie et faites le nécessaire. L'ingénieur salua et sortit, le lieutenant se replongea dans sa rêverie, il entendait au loin une radio que des soldats de garde avait du allumé pour faire passer le temps et un bip régulier de l'écran radar devant lui sur la console de surveillance. Soudain, il remarqua que les soldats, auparavant calme était devenu très nerveux au point qu'il se leva et leur cria : "Qu'est ce qui se passe ? Un peu de calme." Il du prendre son pistolet de service et tirer un coup en l'air pour avoir un peu de calme et avoir une réponse : "Chef, la radio diffusait les infos sur le sommet de l'énergie quand ils ont passé un flash spécial disant que le Philadelphia avait été touché par un missile puis plus rien. - WTF !!???? Les craintes de tout le groupe se concrétisèrent quand sur la console de surveillance le bouton d'alerte maximal se mit à clignoter frénétiquement. Ce bouton ne pouvait clignoter que sur ordre du haut-commandement de la zone ou de la base aérienne situé au nord. Cela signifier deux choses : qu'ils allaient être attaquer et que le NOD allait frapper fort. "Branle-bas de combat, beugla-t'il et il écrasa le bouton d'alarme qui fit hurler les sirènes, réveilla d'un coup tous les soldats de la caserne à proximité et fit passer les défenses du mode veille au mode surveillance maximale. Moins de 30 secondes plus tard, alors que les soldats été à peine réveillés et courait vers leur différents postes en désordre, deux bombes, probablement de démolition, vinrent exploser sur les centrales à l'arrière qui alimentaient le camp et les différentes défenses, tuant trois soldats et un ingénieur. La déflagration secoua le camp, jetant d'autres soldats à terre. L'effet fut immédiat, tous les éclairages de la base s'éteignirent et les défenses restèrent immobiles face au Vertigos qui s'éloignaient, leur œuvre accomplit. Le lieutenant pensa : "Ces capteurs auraient été utiles finalement" La destruction des centrales avait plongé le camp dans une semi-panique. Le lieutenant se reprit et saisit son lance fusée éclairante qu'il gardait toujours à portée de main. Il lança une fusée. La lumière revint puis l'éclairage de secours prit le relais. Il donna des ordres secs pour ramener l'ordre : "On a plus de défenses tout le monde dans les bunkers entre les tourelles, on va se la faire à l'ancienne. Le NOD ne passera pas !!!!" Tous les soldats prirent leurs armes et allèrent dans les bunkers. Le lieutenant s'étonna du calme qui avait suivit l'attaque des vertigos, en général, le NOD n'en reste pas là. Il été à peine arrivé au bunker central qu'il entendit deux autres déflagrations derrière lui. La caserne et l'avant poste avec le relais de communication venait de se prendre une bombe également. Ils ne pouvaient plus communiquer. "Lieutenant, qu'est ce qu'on fait ? - Tous les hommes sont en place ? - Oui, mais on va pas pouvoir faire grand chose !! - Il faut au moins qu'on les retarde. - Troupes du NOD en vue!!!!! Les porteurs du NOD déposèrent les troupes a quelques centaines de mètres des positions du GDI. L'officier en chef du NOD déclara aux troupes excitées : "Soldat, vous êtes à l'avant garde de la grande croisade. Soyez sans pitié. Vive Kane, pour l'ascension !!!!! Fin du chapitre, chapitre suivant : Bataille dans les champs.
  7. stef3319

    De l'orage dans l'air en zone bleue B3

    Merci de vous être intéressé à mon 1er chapitre de ma fan fiction. Voici le 2ème : Chapitre 2 Flash Spécial qui tourne mal 2 jours plus tard C'était le matin Au poste de commandement de la base aérienne du GDI d´Ã‰vreux, le commandant de la base arrive après une courte nuit, il s'adressa au veilleur radar : "Alors soldat rien ne bouge ? - Non monsieur, depuis le raid sur le camp du NOD, aucun signe d'activité ennemie. - Très bien, continuez à être vigilant. - Oui monsieur !! Le commandant prit le chemin de son bureau. Son aide de camp l'attendait : "Monsieur, le planning de la journée. Il lui tendit le porte-document et le commandant lut "Hum, le haut commandement veut que des huiles soit escortés de notre base au centre spatial de la cote est pour le sommet de l'énergie qui commence cet après-midi. 2 transports OX-V35 réquisitionnés ainsi que 2 escadrilles de firehawx. - Ca a l'air de ne pas vous plaire, commandant - En effet, je n'adopte pas la politique de l'autruche de nos dirigeants de Washington et du Philadelphia. Je pense que le NOD est toujours là et qu'il fera encore parler de lui. Mais pour l'heure, ce qui me déplaît, c'est que 2 de nos escadrilles de firehawx soit envoyés de l'autre coté de l'Atlantique pour un simple escorte. - Vous craignez une attaque sur notre zone bleue ? - On ne sait jamais et on aura pour une journée plus qu'une seule escadrille pour se défendre. Mais bon, avec nos défenses frontalières ça devrait aller. Lieutenant, je vous charge d'organiser le briefing des pilotes des OX et des firehawx. J´accueillerai nos huiles personnellement. Rompez. Le lieutenant claqua des talons salua et partit. Une heure plus tard, au bar des pilotes : "Alors, bien dormi ? - Non, j'ai encore des courbatures - Bah, bois un bon café ça va te réveiller. - Comment va ton appareil ? - Je ne l'ai pas senti sur le coup mais la roquette a failli faire péter le réacteur, il a fallu le changer. Mais bon c'est réparer. Le haut parleur les interrompit : "Les pilotes des escadrilles firehawx Charlie, Delta et les pilotes de l'escadrille de transport OX sont priés de se rendre en salle de briefing pour une nouvelle mission. "Tiens, on est pas appeler, pourtant on est la meilleur escadrille de la base. - C'est sûrement une mission d'escorte et ils veulent que nous restions ici pour garder la base. Dans la salle de briefing : "Messieurs, trois officiers viennent de Rouen pour être escorter jusqu'au centre spatial où ils doivent se rendre jusqu'au Philadelphia. Les OX les transporteront et les firehawx les escorteront pendant le trajet. Soyez vigilant car une attaque du NOD est toujours possible. Décollage dans 2 heures. C'est tout" Deux heures plus tard, les dix appareils décollèrent en direction de la zone bleue B2. Le lendemain, au poste de commandement : ... Tout est calme, monsieur - Je n'aime pas ça, on a qu'un seule escadrille pour toute cette zone et si le NOD s'amusait à nous attaquer ? Pendant ce temps, la télé annonçait les informations du matin : "Un raid du GDI a détruit un petit campement du NOD en Caroline du nord. - Encore un campement, je me demande ... pensa le commandant - Sujet suivant Le GDI tient son sommet annuel de l'énergie dans la station spatiale Philidelphia. On rappelle que l'objectif de ce sommet est de transférer les ressources de la défense vers l'écologie pour participer à l'éradication du tibérium. - Les imbéciles ... - FLASH SPÉCIAL Des nouvelles alarmantes viennent de nous parvenir, la station spatial Philadelphia vient d'être touché par un missile. Des fragments retombent sur la ville de Washington et au alentour. Brusquement, l'image changea et le commandant eu un frisson quand Kane toisa le GDI pour leur annoncer son retour et le début de la troisième guerre du tibérium. "Et merde, état d'alerte maximum. Décollage de tous les appareils pour la défense de la base. Avertissez les défenses frontalières qu'elles vont être attaquer!!! - Monsieur, le radar indique que des troupes importantes du NOD arrivent sur nous. - Préparez vous au combat!!! A bord d'un porteur des forces du NOD en train de décoller: "Messieurs, on y est. Pour Kane. "Quand je pense qu'il y a trois jours, j'étais une simple recrue dans un escadrons de militants qui gardait un vieux pont et maintenant me voila en plein dans les forces qui vont attaquer la zone bleue du nord de la France. Devant eux, on pouvait voir les vénoms décoller suivit par les porteurs. Les bombardiers avaient décollé quelques minutes avant. Les bombardiers firent leur boulot en déglinguant les tourelles de défense et les émetteurs soniques qui gardaient la frontière. Les porteurs arrivèrent pour déployer les troupes. "C'est parti" Au poste de commandement : "Ordre à toute nos troupes de contre-attaquer!!!" La bataille pour la zone bleue B3 allait commencer. Fin du chapitre. Chapitre suivant : Le GDI en mauvaise posture.
  8. Merci d'avoir lu le 1 er chapitre de ma 1er fan fiction aussi n'hesitez pas à faire remarque et commentaire sur mon oeuvre. Les chapitres suivants ne tarderons pas.
  9. Chapitre 1er : on a bien rigolé Dans la plaine desséchée, un petit campement NOD gardait un pont sur un fleuve asséché non loin d'une grande ville déserte. Un des soldats présent s´interrogea sur son avenir : "Vous croyez que le plan va marcher ? demanda la jeune recrue. - Si Kane pense qu'il est temps de mater le GDI pour de bon alors on peut être sur que ça va marcher, répondit le sergent en charge du groupe de militants Un officier vint près d'eux. Il appela le sergent : "Sergent, vos ordre viennent d'arriver !!! - Oui, monsieur" Le sergent prit le morceau de papier et le lut puis salua son supérieur et retourna auprès de ses soldats "Alors quelles sont les ordres ? - On attaque dans trois jours - Dans trois jours, ça veut dire que ... - Oui Kane et le haut commandement ne vont pas tarder à faire un joli feu d'artifice avec le philadelphia et il faut qu'on soit prêt pour la suite. Retournez à vos postes et ouvrez l´œil. Le GDI n'est pas loin et il est quand même dangereux. La nuit tomba sur le campement La jeune recrue était de faction près du pont et discutait à voix basse avec son camarade : "Tu crois que le GDI se doute de quelque chose ? - Non, ils sont trop confiant et sans leur centre de commande en orbite, leurs fichus canons à ions ne servent plus à rien. A peine avait-il dit cela qu'un bruit sourd et lointain se fit entendre. "Qu'est ce qui se passe, on attendait pas de ravitaillement avant demain soir ? Le bruit augmentât rapidement et soudain un long sifflement se fit entendre. "Et merde, à terre !!!!!!" La seconde suivante, deux bombes vinrent fracasser le pont. Les deux sentinelles furent sonnés par l'onde de choc mais il se relevèrent. Au loin, on entendait l'alarme du camp qui hurlait. Les soldats lance-roquettes sortaient à toute vitesse de la main du NOD pour aller dans les bunkers de tirs. "Et merde, il attaque" La recrue n'en menait pas large. Ils se retournèrent. Le pont était en miettes. "Soldats ,venez ici, ça ne sert plus à rien de garder ce pont !! - Oui monsieur, mais qu'est ce qui se passe ? - Le radar a détecté deux escadrilles de firehawx GDI qui viennent nous attaquer" A peine avait-il finit sa phrase que deux autres bombes tombèrent sur la main du NOD puis encore deux sur le centre opérationnel "Les enfoirés, on a plus de radar. Vite, dans les bunkers !!! Ils coururent vers les deux bunkers de tirs que comprenait le camp. Mais arrivaient à une vingtaine de mètres, une bombe pulvérisa le bunker jetant les hommes à terre. De l'autre bunker, deux roquettes décollèrent et touchèrent un firehawx Dans le poste de pilotage d'un des firehawx : "Écho 3 et 4, lâchez vos bombes sur le bunker 2 - Roger, bien reçu" Et les bombes tombèrent sur l'autre bunker avant que les soldats lance-roquettes ne purent recharger. "Base GDI d´Ã‰vreux, ici Écho 1 mission remplie avec succès mais Écho 2 a prit une roquette dégâts minimes - Bien reçu Écho 1 rentrez à la base. L'équipe de secours et de réparation se tiendra prête pour l´atterrissage - Bien reçu. Escadrille Écho, on rentre" Les trois hommes au sol écoutèrent les bruits d'avions s'éloigner avant de se relever " Bandes de lâches, on se vengera - Qu'est ce qu'on fait ? - On rejoint la base principale et on va leur dire ce qui s'est passé. En avant." A la base du GDI, après le débriefing de la mission, dans le bar des pilotes : "En tous cas, on a bien rigolé - Ouais les gars du NOD ont du apprécier - Ou est le sergent je croyais qu'il voudrait boire un coup après la mission ? - Il doit superviser la réparation de son appareil Le chef d´escadre vint s´asseoir à coté d'eux : "Joli boulot - Merci chef" A la base du NOD, on transmit le message suivant : "Camp NX03 détruit à 100 pour cent. 3 survivants. Demandons instructions" Et la réponse : " Début offensive ASCENSION maintenue pour dans 3 jours. Préparez attaque zone B3. Réaffectez les survivants. Fin de transmission." Fin du chapitre. Chapitre suivant "Flash spécial qui tourne mal"